Depuis quelques années, des extrémistes musulmans du nom de Boko Haram hantent le berceau de l’humanité. Face à la terreur, plus de 2 millions de nigérians, camerounais et tchadiens furent contraints d’abandonner leurs maisons. Plus de la moitié de ces victimes sont des enfants. Des survivants ayant vécu l’horreur de la violence et du viol qui ne savent plus où aller.

L’Organisation Internationale pour les Migrations, liée à l’ONU, tente tant bien que mal de venir en aide aux victimes qui manquent de ressources, de logements et tout simplement d’humanité pour se reconstruire.

Heureusement, au milieu de la terreur se trouvent des personnes comme Hauwa Ari. Cette nigériane de 25 ans qui fut elle-même victime de Boko Haram et qui souhaite venir en aide aux victimes tout comme il fut le cas pour elle et sa propre famille quand ils étaient dans le besoin.

Ainsi, au delà des nombreux sacrifices qu’elle entreprend pour aider des familles à s’enfuir, elle utilise les terres et les maisons qu’elles louaient auparavant, pour former de véritables camps d’accueil.

6016-2
Crédit photo : Julia Burpee de l’IOM

« Maintenant j’ai l’impression d’avoir 90 enfants ! C’est sans aucun doute le plus grand bonheur du monde » dit-elle. Grâce à sa générosité, Keitume Musa (sur la première photo) aura retrouvé le sourire.

Nous aussi nous pouvons contribuer à rendre le monde meilleur, chaque geste compte. Ainsi nous avons fait un don à l’IOM, si vous voulez en faire autant, suivez le lien : Donate to IOM.

Publicités