Infos:
– Date de sortie: 03 novembre 2017
– Artiste(s): Kaaris
– Producteur(s): DJ Ritmin, Guilty, Katrina Squad, Double X, Blackstarz, Taylor Beats, Mr. Punisher, H8MKRZ
– Single(s) avant la sortie du projet: DozoJe suis gninnin, je suis bienKébra
– Nombre de projets: 4ème album
– Featuring(s): Kalash Criminel, Sofiane

Kaaris est un rappeur du 93 connu pour être le pionner de la trap en France grâce à son album Or Noir.

Paroles: 08/20

Le style de Kaaris est peu technique, il est composé généralement de beaucoup de punchlines. On trouve donc quelques punchline dans cet album avec certains sons qui en contiennent beaucoup comme celle-ci dans Dozo:

«Kaaris, premier esclave avec une mitraillette»

ou encore dans RPG:

«Elle mouille tellement que dans sa chatte, ça fait des vagues»

Les sons comme Oublier et Être deux apportent également une légère touche introspective à l’album, avec notamment une belle référence dans Oublier:

«Je suis du 93 comme Sefyu Molotov»

Malheureusement le reste des paroles n’est pas au rendez-vous, il y a peu de recherche lyrique, peu de figures de style et les rimes sont souvent pauvres. Le point fort de Kaaris n’a jamais été les paroles, et ce projet n’échappe pas à la règle.
Mention spéciale a la toute première phrase de l’album:

«Tout d’abord, ta mère la grosse pute!»

qui constitue tout de même une excellente entrée en matière.

Instrumentales: 12/20

Les instrumentales sont bonnes mais pas assez mémorables pour la plupart, il s’agit généralement de beat trap assez classiques sans grosses prises de risque. Ce manque d’originalité donne un sentiment d’ensemble trop générique.
Cependant, les prods du trio Katrina Squad, DJ Ritmin, Guilty (avec qui Kaaris s’est entouré pour les sons trap bien violents Dozo, RPG et Vegeta) se démarquent vraiment des autres instrumentales.

Messages: 08/20

Il y a très peu de message dans cet album, les thèmes des sons étant généralement les fameux clichés du genre: les femmes, le sexe, l’argent, la drogue, les armes etc…
On peut trouver quelques messages dissimulés tout au long de l’album, comme:

«Pour traverser ce monde de haineux, vaut mieux être deux je le sais»

dans Être deux ou:

«Seul la victoire efface la défaite»

dans Victoire. Le message global qui ressort le plus du projet est qu’il ne faut pas être l’ennemi de Kaaris, comme dans Courez, de l’égotrip classique qui ne suffit pas à équilibrer l’ensemble très léger.

Pertinence: 12/20

Kaaris est réputé pour ses sons traps, cependant il a souvent changé de style (son morceau le plus écouté sur Spotify actuellement étant Tchoin) et cet album contient finalement peu de sons purement trap. Il est constitué de beaucoup de son doux ou dansant sous auto-thune. Malheureusement l’auto thune pourrait être plus travaillé, il est trop but, ressemblant parfois à du vocodeur (il cache souvent de bonnes mélodies en revanche, comme dans Marchand d’ivoire ou Feghouli).
De plus, ces sons auto-thuné sont trop nombreux par rapport au reste, ils sont souvent bons, mais leur quantité rend certains morceaux oubliables, même si un morceau comme Kébra est un bon hybride entre les deux genres.
Cette quantité trop importante de ce genre de sons créée un sentiment répétitif, d’autant plus que l’album contient beaucoup de pistes (16 sons).
Ce même problème nuit aux featurings, Sofiane et Kalash Criminel sont aussi deux rappeurs réputés pour être des gros kickers à punchlines mais le ton du morceau sur lequel ils sont (Bling Bling) est complètement opposé à cette ambiance (les couplets de Sofiane et Kalash Criminel sont bons cela dit)
Enfin, de manière globale le projet n’est pas des plus originaux, même si Diarabi est une référence hilarante aux onomatopées de Man’s Not Hot de Big Shaq (malheureusement le délire n’est présent que lors de l’intro & outro).

Global: 10/20

Écoutez Dozo sur Spotify: https://open.spotify.com/album/3RcqydFaiewj0Vq34DJEan
Favori(s) de l’album: Dozo – MoodBling Bling
Favori(s) en dehors de l’album: Or Noir – Boyz N The Hood
Top Spotify: Tchoin

Publicités