Infos:
– Date de sortie: 15 décembre 2017
– Artiste(s): Eminem
– Producteur(s): Alex Da Kid, Rick Rubin, The Alchemist, Scram Jones
– Single(s) avant la sortie du projet: Walk On Water (feat. Beyoncé)Untouchable
– Nombre de projets: 9ème album
– Featuring(s): Beyoncé, P!nk, Alicia Keys, Ed Sheeran, Skylar Grey, PHresher, X Ambassadors, Kehlani

Inutile de présenter Eminem dans le détail. Le rappeur blanc de Détroit souvent considéré comme le meilleur rappeur de l’histoire revient avec son 9ème album intitulé Revival. Ce titre laisse suggérer la renaissance d’Eminem, mais qui est réellement de retour? S’agit-il du Eminem aux 4 classiques ou du Eminem qui a déçu depuis Recovery?
La promo autour de cet album a rappelé aux fans la grande époque de Slim Shady, d’autant plus que Dr. Dre lui-même s’est investi dans la promotion du projet. Cependant Walk On Water en featuring avec Beyoncé en a déçu plus d’un, il s’agit d’ailleurs du premier single d’Eminem qui n’est pas dans le top 10 depuis 1998. La direction artistique du morceau rappelant les deux derniers albums aurait pu faire abandonner tout espoir de retrouver le Rap God à son meilleur, cependant le deuxième extrait Untouchable a su faire regagner l’intérêt des fans avec une deuxième partie correspondant davantage aux attentes des fans. Qu’en est-il de l’album?

Paroles: 16/20

Comme Eminem l’a toujours fait, on retrouve dans les textes un travail sur les sonorités. Alliant assonances, rimes internes, multi syllabiques, allitérations il fait preuve une fois plus d’une grande aisance avec les mots et fait preuve de quelques démonstrations techniques, sur Chloraseptic (feat. PHresher) notamment:

«What kind of nut drives a Budweiser truck
Finds a slut, tries to surprise her, cuffs, ties her
Up, binds up, cuts, slices her twice
But the muff diver must just like it rough
Fuck right in her vagina, blood
Flies up, under thighs, ugh, like a geyser, uh»

Juste après également, lorsqu’il exploite les sonorités en -i:

«Glued me be, I’m truTV, you’re too PG
I’m Schoolly D, you’re spoony, G»

Ou encore dans Framed:

«Feeling kinky, lip syncing to Too $hort’s
Freaky Tales (Biatch!)
Having creepy visions of whiskey drinking
Envisioning sneaking into where Christie Brinkley dwells
I know this is risky thinking but I wanna stick her like she decals»

Sur cet opus, Eminem fait beaucoup de références à ses sons passés, après Stan dans Walk On Water (feat. Beyoncé), il cite Mockingbird dans Bad Husband (feat. X Ambassadors):

«And it’s been an exhaustive search to find the words
But I just heard « Mockingbird »
And got the urge to jot me some verses and thoughts
The purpose was not to stir up open wounds»

Mais aussi dans In Your Head, dans lequel il revient sur la situation dans laquelle il était lors de la production de Relapse et celle de Recovery, annonçant potentiellement son retrait du monde de la musique:

«Fuck it I’ve done enough in this rap shit, Recovery brought me nothing
But back, to where I was and perhaps, this could’ve been my victory lap if I wasn’t on the verge of Relapse»

Enfin, la plus marquante réside sans aucun doute dans la deuxième partie d’Arose. En effet, Eminem déclare être bien plus fier de Recovery et The Marshall Mathers LP 2 que de Relapse, qui est pourtant un classique. Il ira même jusqu’à dire:

«I’m proud to be back, I’m ’bout to, like a rematch
Outdo Relapse
With Recovery, Mathers LP2»

Eminem n’a jamais été réellement un rappeur à punchlines, il y en a d’ailleurs très peu voire aucune de vraiment marquante, à l’exception d’une, présente dans Arose:

«Oh, almost forgot to do something, thank my father too
I actually learnt a lot from you, you taught me what not to do»

Enfin, Eminem est aussi connu pour ses jeux de mots ce qu’on en retrouve également dans Revival, d’abord sur Untouchable:

«[…] be “capped in America” like Steve Rogers»

Puis un autre similaire dans Like Home (feat. Alicia Keys):

«But like Johnny, he’ll only unite us»

Instrumentales: 13/20

Choisir les prods n’a jamais été le point fort d’Eminem depuis qu’il n’est plus sous l’aile de Dr. Dre, cet album n’y fait pas exception, la plupart des prods ne sont pas ou peu marquante, en manque d’identité musicale.
Il y en a cependant des très intéressantes comme les instrumentales de Chloraseptic (feat. PHresher), Offended ou Framed. On peut aussi noter un excellent beat-switch sur Untouchable et une belle utilisation des violons sur Nowhere Fast (feat. Kehlani).
Il y a aussi beaucoup d’utilisations de samples, notamment Remind Me qui sample I Love Rock’N’Roll ou Zombie de The Cranberries sur In Your Head (comme il avait fait avec What Is Love sur No Love (feat. Lil Wayne). Le choix des musiques samplées confirme l’orientation musicale vers le rock d’Eminem depuis Recovery, cette orientation se fait ressentir également sur des morceaux comme Heat.

Messages: 15/20

Depuis son freestyle Campaign Speech et celui des BET Cypher, l’engagement et le militantisme anti-Donald Trump et gouvernement américain semblaient composer le fil rouge de l’album, ce qui a aussi été confirmé par la cover.
Cependant, ce n’est pas aussi présent dans l’album que l’on aurait pu croire, il évoque principalement son état et ses doutes vis-à-vis de lui-même et de sa capacité à rapper. La première phrase de l’album étant d’ailleurs:

«Why are expectations so high? Is it the bar I set?»

Il s’agit là de la question qu’il se pose tout au long de ce premier titre qu’est Walk On Water (feat. Beyoncé), cependant tout le monde connaît la réponse, dont Eminem lui-même qui avoue finalement dans l’outro du son:

«’Cause I’m just a man
But as long as I got a mic, I’m godlike
So me and you are not alike
Bitch, I wrote Stan»

Il parle également du racisme, principalement dans Untouchable qui est le deuxième single de l’album:

«Seems like the average lifespan of a white man
Is more than twice than a black life span
I wonder sometimes if it has a price scanner
I feel like checking out on life, can’t escape this circumstance»

De plus, à la manière de ce qu’il a fait pour sa mère dans Headlights (feat. Nate Ruess), Eminem s’excuse à présent auprès de Kim, son ex-femme avec laquelle il a eu sa fille Hailie:

«But I’m sorry Kim
More than you could ever comprehend
Leaving you was fucking harder than
Sawing off a fucking body limb»

Aussi, Eminem se montre très personnel, In Your Head est sans doute le titre le plus introspectif de l’album (avec Arose), il revient notamment sur sa vie et ses choix:

«’Cause when I, look at me, I don’t see what they see
I feel the same greedy and lately I’ve been contemplating
Escaping to get a ranger or whatever this road takes me
It’s making me crazy, what’s in my?»

Enfin le morceau Castle est destiné à sa fille Hailie à la manière d’un Hailie’s Song, When I’m Gone ou Mockingbird par exemple:

«They’re talking bad about dad, it’s ticking me off too
Makes me feel like I don’t belong or something, ooh
I think I might have just stumbled onto something new
Got a prediction for the future, I’m hoping it’s you
Open this envelope when you’re older and it holds true»

Pertinence: 13/20

L’album ne contient que quelques touches de créativité et d’originalité, ce qui était la marque de fabrique d’Eminem dans le passé est désormais secondaire, ce qui est dommage. Il utilise souvent le même flow alors qu’il pouvait avoir un nouveau flow sur chaque piste auparavant. Eminem change quand même de flow, sur Believe et Chloraseptic (feat. PHresher) il adopte un flow semblable à celui que l’on peut entendre dans des morceaux trap.
Il conserve également de bonnes mélodies, comme sur le refrain de Believe.
Certains morceaux sont cela-dit plus proche de son univers d’antan , notamment le ton décalé de Framed qui rappelle l’univers Relapse:

«But hey man I was framed
I know what this looks like officers please just give me one minute
I think I can explain
I ain’t murder nobody I know these words are so nutty
But I’m just here to entertain
How come your shirt is so bloody?
There’s a missing person, so what he’s got nothing to do with me
I’m almost certain I was framed»

Mais également Offended, avec un un contraste entre le ton des couplets et celui du refrain, qui est repris de la comptine Nobody Likes Me (I think I’ll go eat Worms). Ce contraste est d’autant plus marqué à la fin du morceau lorsque le refrain intervient juste après une démonstration de rapidité comme il a pu le faire avec Rap God sur Marshall Mathers LP 2.
Malgré cela, beaucoup trop de morceaux de l’album sont similaires à ce qui passe en radio depuis des années, fade et sans identité, c’est le cas de Like Home (feat. Alicia Keys), River (feat. Ed Sheeran), Need Me (feat. P!nk) qui sont finalement la plupart des featurings. Ces derniers ne sont d’ailleurs pas du tout orientés rap (à l’exception de PHresher mais même ce dernier remplace 2 Chainz, prévu initialement). Ce choix peut s’expliquer par une possible peur que pourrait ressentir Eminem à être mis en concurrence face à d’autres rappeurs qui eux, seraient à leur maximum, d’autant plus qu’il a confié dans une récente interview, beaucoup aimer des rappeurs actuels, comme Kendrick Lamar ou Travis Scott.
Il confirme dans Castle que Revival sera effectivement son dernier album:

«Things that should’ve been private with me and your mother is public
I can’t stomach, they can take this fame back, I don’t want it
I’ll put out this last album then I’m done with it
One-hundred percent finished
Fed up with it, I’m hanging it up, fuck it»

Il reprend d’ailleurs ce passage dans la deuxième partie d’Arose.
Il s’agit donc là d’un album qui n’est pas foncièrement mauvais, mais qui, dans la discographie d’Eminem est évidemment décevant, surtout pour un dernier album. Il a l’air cependant d’aller beaucoup mieux et de s’approcher de la paix intérieure. Recovery n’efface pas The Eminem Show, The Marshall Mathers LP 2 n’efface pas The Marshall Mathers LP et Revival n’efface ni The Slim Shady LP ni Relapse, ces classiques seront toujours là et on ne peut que remercier Eminem pour sa carrière et ce qu’il a apporté dans le paysage hip-hop, qui sans lui, ne ressemblerai pas à ça.

Global: 14,25/20

Écoutez Revival sur Spotify: https://open.spotify.com/album/15YmkgHUd5PAgvl1XI9SL5?si=s8slLwYVSX2sitJ3RjvEWA
Favori(s) de l’album: FramedChloraseptic (feat. PHresher)Offended
Favori(s) en dehors de l’album: Lose YourselfInfiniteRole ModelRock BottomMockingbirdCrazy in LoveRain ManStan (feat. Dido)The Real Slim ShadyBusinessElevatorWhen I’m GoneLike Toy SoldiersThe Way I AmBagpipes From BaghdadMy MomWe Made YouSquare DanseCrack A Bottle (feat. Dr. Dre & 50 Cent)My DarlingDeja VuMust Be The Ganja
Top Spotify: Lose YourselfSoundtrack Version

Publicités