Infos:
– Date de sortie: 2 février 2018
– Artiste(s): Vald
– Producteur(s): Seezy, Sirius, Ditty Beatz, Tchami, DSTprod & Ovaground
– Single(s) avant la sortie du projet: TrophéeDésaccordé
– Nombre de projets: 2ème album
– Featuring(s): Suik’on Blaz AD, Sofiane, Syrius
– Certification(s) RVA: Nommé: Artiste(s) francophone de l’année 2017
Gagnant: Album francophone de l’année 2017 (Agartha)
Album francophone de l’année 2017 (Agartha) (votes)
Son francophone de l’année 2017 (Vitrine (feat. Damso))
Son francophone de l’année 2017 (Vitrine (feat. Damso)) (votes)
Featuring francophone de l’année 2017 (Vitrine (feat. Damso))
Featuring francophone de l’année 2017 (Vitrine (feat. Damso)) (votes)

Vald est un rappeur d’Aulney-sous-Bois connu dans un premier temps avec ses mixtapes NQNT et NQNT 2 puis avec son premier album studio Agartha. C’est en 2015 avec Bonjour sur NQNT 2 que le succès de Vald explose et Agartha le place au stade de pointure du rap francophone.

Paroles: 17/20

Les paroles de Vald sont parfois très travaillées, à l’image de ce passage de Résidus:

« C’est quoi le pouvoir quand le président c’est la plus grande salope du pays ? Nan. Mira, petit pélican. J’ai le flow de la fonte de glace, des haines de banlieusard. »

D’abord il commence par une grosse punchline, suivi d’une référence à Mira de PNL à travers la célèbre réplique de Tony Montana dans Scarface. Enfin, il propose un double sens du mot flow/flot et de La fonte de glace qui est un morceau de DF (un proche de Vald présent sur NQNTMQMQMB) dans lequel son delivery est lent et désabusé, comme celui de Vald sur ce morceau.
Le plan technique est tout aussi travaillé, on retrouve du multi syllabique par exemple tout le long de Primitif:

« Visez autre chose que les Assedics avec la conso’ dans les Atemi.
J’doggin’ synthétique pute en jogging synthétique, ouais.
Produit synthétique, faux cils synthétiques, tout de synthétique sauf mon profil atypique. »

Vald fait également plusieurs références, notamment dans Chépakichui ou il fait allusion à l’interview de Sofiane:

« J’veux la vérité, le « c’est-à-dire », mon interview dans le Sept à Huit. »

Puis a Jul:

« Comme Jul, j’parle des détails, j’fais pas l’fou. »

On retrouve aussi beaucoup de punchlines, par exemple dans Gris:

« Bébé, m’en veux pas, j’ai autre chose à foutre que de t’envoyer SMS.
Y’a plein de trucs dans ton cul qui n’devrait pas y être comme matraque de CRS. »

Ou encore de la part de Suik’on Blaz AD dans Offshore (feat. Suik’on Blaz AD):

« A mon avis, Jean-Luc Delastreet n’avait pas idée de la portée de ses matraques. »

Enfin, Vald se montre plus introspectif sur Réflexions basses:

« Putain, devenir connu, gros, c’est v’là le mauvais plan, même sans ami j’ai l’impression d’être du mauvais camp. Je peux plus rire aux éclats trop d’inconnus qui fixent mes pas. »

En réalité, XEU est lyricalement très complet, on retrouve tout ce qui constitue de bons textes de rap : de la technique, des punchlines, de la réflexion, des émotions etc…

Instrumentales: 17/20

La quasi-totalité des instrumentales sont produites par Seezy, ce qui est d’autant plus respectable qu’elles sont très bonnes et très variées. Elles sont cohérentes sans pour autant répétitives. Elles contiennent des détails les rendant profondes comme les extraits de Street Fighter II sur Jentertain, l’intro de Manuel Ferrara sur Ne me déteste pas ou le sample de Bygone days issu de la bande originale de Porco Rosse de Miyazaki sur Réflexions basses. On peut noter la grosse prise de risque sur Deviens génial avec son ambiance très pop/EDM.

Messages: 15/20

XEU contient beaucoup de messages mais ces derniers sont livrés avec beaucoup de subtilité. Vald n’est jamais moralisateur ni même engagé. On retrouve certaines punchlines très profondes comme sur Rituel (feat. Sirius):

« Ils regardent le JT mais ne veulent pas croire à la magie. »

Sur Gris, en référence au Dieu du commerce:

« C’est la kermesse, on a réduit à une boucle de ceinture la sagesse d’Hermès. »

Ou encore le message d’unité sur Seum:

« Je suis toi, tu es moi, je sors même de ta mère.
On sort de la même merde et pourtant tu m’aggresses. »

Dans Deviens génial il traite du dépassement de soi. Il peut s’agir de conseils donnés à son fils:

« Tu ne sais pas encore l’enfer qui t’attend. »

Pertinence: 18/20

L’album ne s’écoute sans aucune difficulté, Vald change de flow à chaque son et parfois même de voix. Il place quelques morceaux légers voire humoristiques comme Dragon (feat. Sofiane) entre les titres sérieux pour alléger l’écoute, ce qui rend l’album fluide et jamais ennuyant. Certains morceaux sont courts comme Ne me déteste pas (0:58), ce qui évite que l’auditeur se lasse, comme le fait XXXTENTACION.
XEU est très conceptuel et profond avec notamment le décalage entre la noirceur de beaucoup de titres et le blanc de la cover.

Global: 16,75/20

Ecoutez XEU sur Spotify: https://open.spotify.com/album/47YsrfGhC6kPodkCVJGWvV?si=4l2yDsY3QpemmW50p5m8oA
Favori(s) de l’album: RésidusRituel (feat. Sirius)PrimitifJentertainChépakichuiDragon (feat. Sofiane)Offshore (feat. Suik’on Blaz AD)DésaccordéGrisTrophée
Favori(s) en dehors de l’album: BaremeCartes sous l’coudeGizehInfanticide (feat. Suik’on Blaz AD) Je t’aimeSi j’arrêtaisUrbanismeVitrine (feat. Damso)PromesseL.D.SBonjourFlowjob (feat. Suik’on Blaz AD)
Top Spotify: Désaccordé

Publicités