Je tiens à saluer la persévérance et le dévouement du chef d’état américain, un homme qui ne se laisse pas distraire par les événements et continue son chemin tel un bulldozer. Le président d’une Amérique audacieuse qui ne saurait se laisser importuner par toute logique a aujourd’hui décidé, d’armer les enseignants en réponse à la fusillade de Floride qui a eu lieu le 14 février dans le lycée de Marjory Stoneman Douglas et fit 17 morts.

Sans surprise, la proposition a enflammé les réseaux sociaux. Comme tout bon professionnel, le président a donc tenu à clarifier ses propos sur Twitter, pour éviter tout malentendu.

Je n’ai jamais dit « d’armer les enseignants » comme ont déclaré les Fausses Infos que sont CNN & NBC. J’ai dit qu’il fallait étudier la possibilité de donner « des armes dissimulées à des enseignants aguerris avec une expérience militaire ou une formation spéciale, seulement les meilleurs. 20% des enseignants, un grand nombre, seraient désormais en mesure de se défendre si un dérangé sauvage venait à l’école avec de mauvaises intentions. Des enseignants hautement entraînés seraient également dissuasifs pour les lâches qui font de telles choses. Bien plus de ressources à un coût nettement moins élevé que des gardes. Une école comprise dans un « espace sans armes » est un aimant pour les mauvaises personnes. LES ATTAQUES CESSERONT !

Depuis 2012, il y a eu plus de 200 fusillades d’écoles aux Etats-Unis faisant plus de 400 blessés dont plus d’une centaine ont perdu la vie. Cependant, il ne s’agit que de chiffres et ces derniers restent moins impressionnants que ceux concernant le marché d’armes aux Etats-Unis. Plus de 9 millions d’armes fabriquées sur le territoire par an, un impact économique astronomique de 19 milliards en 2008 et 51 milliards en 2016 (soit une croissance de plus de 160%), et plus de 300.000 emplois .

large

Ce n’est pas un problème d’amendement, c’est un problème de rendement. Comment voulez-vous interdire les armes alors qu’elles sont aussi rentables ?

Lors d’une conférence avec des lycéens et professeurs sur la question des armes aux USA, le président a proposé une solution aussi miraculeuse que celle de la National Rifle Association (Association Nationale d’Armes à feu), le plus puissant lobby d’armes américain. En effet le PDG de l’association, Wayne LaPierre, propose de poster des agents de sécurité armés dans les écoles car, bien entendu, « Pour stopper un méchant armé, il faut un gentil armé ».

Malheureusement, les professeurs n’étant pas suffisamment dupes, ont rétorqué sur les réseaux sociaux avec la campagne « Arm Me With » (Armez moi de…) qui consiste à demander un ravitaillement en matériel scolaire, en augmentation de salaire plutôt qu’une arme à feu.

Nous rappelons qu’en Australie, ces lents d’esprits ont répondu à une fusillade de 1996 en renforçant les conditions d’acquisition d’une arme à feu. Des lois plus strictes comprenant l’obligation de fournir un motif valide de possession d’arme, une période probatoire de 28 jours ainsi que l’inscription dans un registre national. Le premier ministre de l’époque, John Howard, a également mené une campagne de sensibilisation et de rachat des armes déjà en circulation. Plus de 600.000 armes furent ainsi ôtées des rues. Suite à cette mesure, l’Australie n’a plus connu de fusillade de l’ampleur de celle de Port Arthur arrivée en 1996. Une politique que l’ex président Barack Obama a tenu à qualifier de modèle à suivre.

ad_209966845Lors d’une conférence avec les victimes, un étudiant a rappelé ces faits au Président Trump mais ce naif ne savait sans doute pas qu’il avait affaire à la persévérance et le dévouement du chef d’état américain, un homme qui ne se laisse pas distraire par les événements et continue son chemin tel un bulldozer…

Publicités