S’il y a bien un sujet de désaccord au sein de notre équipe de rédaction, c’est bien celui du « rap » actuel. Comme ces nouveaux pseudos vieux qui jurent que « c’était mieux avant », je suis un fervent défenseur du hip-hop et de ses valeurs « old school ».

Ces derniers temps, j’ai essayé de m’ouvrir un peu plus à la nouvelle génération de rappeurs quitte à rabaisser un peu la barre mais ce fut une expérience désastreuse. Je vois des Lil Xan dire que 2Pac est ennuyeux, des XXXTentacion se considérer meilleur que lui, des gens qui citent PNL en tant que lyricistes du rap français… Mais quel produit chimique y a-t-il dans l’air actuellement ?

Je veux bien accepter que ces rappeurs soient considérés comme les meilleurs du « Mumble Rap » ou du « Tpainage » mais en aucun cas, des « vocodeurs endormis », qui « économisent » les mots, peuvent être hissés au top du rap us ou fr.

Afin de me convaincre, Aquarios, rédacteur hip-hop, me conseille d’écouter l’album « 17 » de XXXTentacion. Je tiens à préciser qu’Aquarios m’a aussi fait découvrir d’excellents rappeurs français à savoir, Davodka et Rémy. Donc très optimiste de trouver un titre valable de la nouvelle génération je m’empresse et me rends sur Spotify…

Screen_Shot_2016-08-01_at_12.34.21_PM.0.0.png

Qu’est-ce que c’est que ça ? Qui fait ça ? C’est censé être profond ? C’est sur ça que tout le monde se base pour le comparer à Nirvana ou à 2Pac ?

J’ai beaucoup aimé les instrus que j’écoutais déjà sur soundcloud et sans sa voix qui, je trouve, en gâche tout le plaisir.

Heureusement, il y a quelques jours, Aquarios a sorti la Reveview de l’album « ? ». Curieux je m’en vais écouter et je tombe aléatoirement sur Infinity (888) avec Joey Badass.

Ah qu’est-ce que ça fait du bien d’entendre du vrai rap. Ma tête bouge, je suis le rythme, j’apprécie les lyrics, je suis emballé. Au moins un titre satisfaisant ! C’est une grande victoire.

Mais à ma grande surprise, les deux titres phares de l’album sont Moonlight et Sad!. Une fois de plus, j’apprécie les instrus mais j’ai du mal à classer ces titres dans la catégorie Rap.

« Un montage d’Akhenaton sur un remix de l’instru Moonlight fr XXXTentatcion 😉

Puis dans ma lancée, j’enchaîne sur du Lil Xan et du Lil Pump et là, je me rends compte que hormis la focalisation sur la musicalité au détriment de la rime, il y a un trait caractéristique propre à la nouvelle génération.

Ce sont les descendants d’un art de militants forts, qui transportent en eux les gênes de la révolution et de la revendication, mais qui n’ont aucune cause pour laquelle dépenser toute cette énergie.

Privés de buts réels, ils s’en prennent à eux-mêmes et se mutilent de propos et de substances comme pour se défouler autant que pour se punir d’une ambiguïté interne constante qui les attriste sans qu’eux-mêmes ne sachent pourquoi…

giphy.gif

Je pense qu’il faut créer des subdivisions dans le rap pour éviter tout amalgame. Ainsi, on aurait les rappeurs « emo / sleepy / pas envie de parler » d’un côté et les lyricistes d’un autre.

Fort heureusement, les classements hip-hop prennent encore en compte les éléments qualitatifs et sont dominés par des artistes tels que Kendrick Lamar, J.Cole, et l’indémodable Jay Z.

Ne nous laissons pas avoir par la popularité sur les réseaux sociaux. Bhad Bhabie, après être passée sur l’équivalent de Pascal le grand frère parce qu’elle était exécrable envers sa mère, est devenue célèbre pour avoir prononcé d’un accent marrant Catch Me Outside, How About That (Retrouve-moi dehors, qu’est-ce que tu en dis ?).

 

Pourquoi j’en parle ? Eh bien, sachez que son titre Hi Bich (Salut Pute) est désormais disque d’or !

20361986_the-cash-me-ousside-girl-is-now-a_td128bb56

Ceci dit, je ne suis pas étonné de voir la hype qui se crée autour de ces artistes. Depuis un certain temps, on assiste à un déclin de la qualité sur les réseaux sociaux. Fast life, fast food, junk food, junk rap, tout est bon pour nourrir l’accro au contenu qui ne souhaite pas se poser quelques temps pour apprécier une œuvre artistique à sa juste valeur.

Il est d’ailleurs risqué, aujourd’hui, de faire du rap véritable avec des paroles recherchées, des rimes riches, un flow travaillé pour l’instru et de la crédibilité quant à ce qu’on véhicule comme message, car le retour sur investissement n’est souvent pas rentable.

giphy (6).gif

Néanmoins, je pense qu’il est bien que le hip-hop se diversifie autant. La culture gagne du terrain et touche désormais toutes les strates sociales. Le hip-hop semble s’adapter à la tendance actuelle, plus tournée vers la légèreté.

Il faut admettre qu’il serait difficile de danser sur du Nas ou du Mos Def en boite (déjà que 2Pac est ennuyeux…).

Des rappeurs d’ambiance comme Lil Jon ou Missy Elliot seront toujours nécessaires mais attention à ne pas les mettre facilement dans le même sac que les autres, notamment quand on parle des meilleurs de la discipline rap.

Publicités