Suite aux deux scandales de Starbucks, le club de Grandview Golf Club a décidé de marquer lui aussi le coup en appelant la Police pour expulser un groupe de femmes noires sous prétexte qu’elles jouaient trop lentement.

Il faut savoir qu’une partie à 18 trous ne peut ni se jouer à 5, ni excéder 4 heures et 15 minutes, au risque de se faire reconduire à la porte.

Elles avaient obtenu, au préalable, l’autorisation de jouer à 5 mais leur rythme de jeu, lui, ne convenait pas. Face à la pression des gérants, elles ont sauté un trou pour aller plus vite.

Néanmoins, alors qu’elles entamaient le dixième trou après 2 heures de jeu, les gérants leur ont demandé de s’en aller car elles ralentissaient le groupe derrière elles.

Si l’ancien Commissaire Steve Chronister estime que filmer la situation pour dénoncer une injustice serait juste le gagne pain de ces dames, dans le monde réel, elles ont bien plus à faire.

Elles font partie de Sisters in the Fairway, un groupe de joueuses expérimentées dont Sandra Thompson, la présidente de la NAACP (association nationale pour la promotion des gens de couleur), fait également partie.

Nous jouons au golf depuis des années et nous avons joué sur plusieurs terrains du Conté de Tork ainsi que dans d’autres pays. Certaines ont joué nationalement et internationalement. Nous connaissons les règles et les habitudes des terrains de golf. – Mme Thompson

Nous sommes des joueuses professionnelles de la cinquantaine cherchant à prendre du bon temps et nous ne faisons victimiser, prendre à partie et importuner en pleine partie de golf. Des interactions virulentes alors que nous avons PAYÉ notre abonnement au club. – Ms Ojho

4212018 Racial and Gender Discrimination at Grandview Golf Club.00_01_50_03.Image fixe001

Par ailleurs, Damen Carter-Mann, qui serait l’homme en train de manger, a déclaré sur Facebook.

Ces dames ne nous ralentissaient pas DU TOUT. JE SUIS SUR LA VIDÉO à l’écart du groupe derrière. Nous n’avons pas eu à attendre ne serait-ce qu’une seconde. (Je suis le mec à la casquette bleue en train de me goinfrer le visage derrière la voiturette de golf).

La police n’a retenu aucune plainte contre les deux femmes restantes. Les 3 autres étaient parties dès le début des altercations.

Nous y avons été appelés pour un incident. Cet incident ne justifiait pas de plainte. Tout le monde est parti, nous avons fait de même. – Chef Mark Bentzel

Le club a présenté des excuses publiques et JJ Chronister, belle fille de Steve Chronister et co-propriétaire du club de golf a affirmé qu’elles étaient les bienvenues au club et qu’elle aimerait les rencontrer « pour comprendre entièrement ce qui s’est passé et faire en sorte que cela ne se reproduise plus« .

Bon nombre de membres ont eu une expérience qui ne reflète pas les valeurs de notre organisation et de notre engagement à offrir un environnement accueillant à tous« .

Cependant, Sandra Thompson ne pense pas que ce soit la bonne solution.

C’est une situation délicate car je ne veux pas donner mon argent à des gens qui ne veulent pas de moi mais je ne veux pas non plus leur donner le bénéfice de la réussite… quant à la réduction du nom d’afro américains ou de femmes sur leur terrain de golf.

Il faudrait quelque chose de plus poussé pour qu’ils comprennent qu’on ne traite pas les gens de la sorte. – a-t-elle dit.

Fort heureusement une grande partie des internautes, d’origines et cultures différentes, continuent de dénoncer les préjudices qui persistent sur les terrain de golf. Nous pouvons donc rester optimistes quant au rêve de Martin Luther King.

Et pour ce genre de personnes, rien de mieux qu’une bonne Notorious Gifle.

Publicités