Infos:
– Date de sortie: 13 avril 2018
– Artiste(s): Médine
– Producteur(s): DIIAS, Coolax, Général, Proof (Din Records), Sofiane Pamart
– Single(s) avant la sortie du projet: VenomPLMVBataclan
– Nombre de projets: 6ème album
– Featuring(s): Kery James, Youssoupha, Sofiane, Soolking, Massoud
– Certification(s) RVA: Aucun

Médine est un rappeur avec 16 ans de carrière connu pour son engagement. En effet, il continu à faire du rap conscient, ce qui n’est pas le sous-genre de rap le plus populaire. Il est de ce fait très respecté des puristes reprochant très souvent le manque de fond dans la musique populaire.

Paroles: 16/20

Dans la musique comme dans les textes, Médine privilégie souvent le fond à la forme, ses textes ne sont pas aussi poétiques que ceux de McSolaar par exemple, néanmoins ils ont souvent beaucoup de sens et de messages. Ce qui fait qu’il faut souvent relire les textes ou réécouter les morceaux plusieurs fois pour bien comprendre ce que l’artiste veut dire. On retrouve cependant des figures de style, notamment des chiasmes, effet stylistique que Médine semble beaucoup aimer puisqu’il en a toujours beaucoup utilisé, on en retrouve dans Venom (celle-ci provient d’un proverbe arabe):

«J’suis venu au monde en pleurant et tout l’monde souriait autour de moi
J’veux mourir en souriant, que tout l’monde pleure autour de moi»

Mais aussi dans Madara (feat. Soolking):

«J’veux pas d’pouvoir d’achat, j’veux acheter le pouvoir»

Ou encore dans Skit – Limits:

«Le temps, c’est de l’argent mais l’argent n’achète pas le temps»

Et enfin dans Storyteller:

«Vous cherchez une morale à l’histoire ?
Cherchez l’histoire de la morale»

Médine écrit souvent des phrases dont le sens est très beau, comme dans Tellement je t’m, dedié à sa fille Mekka:

«J’lui dis qu’elle dira des trucs intelligents que quand ses phrases commenceront par :
« Mon papa m’a dit que, il m’a dit qu’il m’aime »»

Médine c’est aussi des punchlines, il y en a dans Madara (feat. Soolking):

«Le meilleur moyen d’éloigner un frère d’une cellule
C’est d’spoiler l’scénario de Gomorra sur ses murs»

Et dans Bataclan:

«Pourquoi appelle-t-on ça la fosse si je n’y ai vu que des vrais ?
Pourquoi appelle-t-on ça la fosse ? Moi, je n’y ai vu que des vrais»

Il se montre d’ailleurs très personnel sur ce titre puisqu’il revient sur ses débuts:

«Mon premier concert, c’était dans les marches de ma street
Mon premier costume de scène, c’était mon masque de Scream
Salle François Premier, ce jour-là, on avait tout retourné
J’manque jamais d’en reparler avant chaque tournée»

L’album s’appelant Storytelling nous pouvions nous attendre à cet exercice et, en effet, on retrouve du story-telling, sur Enfant du destin – Ataï par exemple.

Instrumentales: 11/20

La plupart des instrumentales sont composées par Proof, qui malheureusement semble utiliser le même kit pour tout l’album, les sonorités sont répétitives et l’ensemble donne un aspect relativement générique (à l’exception d’Enfant du destin – Ataï).

Messages: 17/20

Bien qu’étant un rappeur engagé, Médine n’hésite pas à ne pas être démagogue, ce qui est relativement rare dans le rap conscient. On retrouve ceci sur Bangerang:

«Je suis un cancer dans leur culture de bourgeois
Une ablation du sein sur la Marianne de Delacroix
Que des révolutionnaires de bacs à sable
Comme un wallpaper Windows sur un Mac
Depuis qu’un mec de gauche, c’est juste un gars qui aimerait avoir les moyens d’être à droite»

Médine explore plusieurs thèmes, mais il arrive toujours à faire réfléchir, c’est le cas lorsqu’il parle d’amour dans Tellement je t’m:

«Il te dira qu’il aime les fleurs
Mais il leur coupera la queue
Il te dira qu’il aime les chiens
Mais que les tenir en laisse, c’est mieux
Il te dira qu’il aime les oiseaux
Mais les voudrait dans une cage
Alors quand il te dira « je t’aime », tu te méfieras et t’rappelleras de ce message»

Mais aussi dans Storyteller:

«Si aujourd’hui les hommes préhistoriques revenaient
On n’les laisserait même pas rentrer à Lascaux»

Ou encore dans Clash royal:

«Verlaine a tiré sur Rimbaud»

Il explique d’ailleurs le sens de cette punchline dans l’outro du son:

«Bah ouais, igo, ça s’clashait bien avant nous
Chacun son game, c’est tout
Je les ai vus venir hein, à rendre le rap responsable de tous les maux
À c’qu’il paraît on est violents
À c’qu’il paraît on est machos
À c’qu’il paraît, askip
Askip ceci, askip cela
Hé, vous allez pas nous la faire, hein
Même Verlaine a tiré sur Rimbaud»

Enfin, Médine parle plusieurs fois du rap, dans Bromance il revient sur les grosses séparations de ce milieu:

«J’pleure un album de la Mafia K’1 Fry
J’vendrais père et mère pour un track Lunatic
Pour concilier Dawala et Maître Meugi»

Et revient sur le décès de Prodigy pour souligner son union avec son entourage:

«Prodigy est mort seul étouffé, par un œuf
Ce serait jamais arrivé chez Din Records»

Pertinence: 14/20

Médine varie relativement bien les ambiances, il peut passer d’un son agressif à une atmosphère plus tendre. De plus, l’album contient plusieurs originalités, comme les sons extraits du jeu Clash Royale sur le morceau Clash royal mais également le concept de Fin alternative ou encore les questions enfantines sur Papeti (feat. Massoud).

Global:14,5/20

Écoutez Storyteller sur Spotify: https://open.spotify.com/album/4Ceh3VptB58dIPGgdBW5sr?si=VkhwXFcGR2a3mFcyoyMjDg
Favori(s) de l’album: StorytellerEnfant du destin – AtaïBataclan
Favori(s) en dehors de l’album: Grand Paris (feat. Lartiste, Lino, Sofiane, Alivor, Seth Gueko, Ninho & Youssoupha)
Top Spotify: Grand Paris (feat. Lartiste, Lino, Sofiane, Alivor, Seth Gueko, Ninho & Youssoupha)

Publicités